Orientations : études, métiers, alternance, emploi, orientations scolaire
Inscription-école

Dans quelle école s'inscrire ?
Les choix qui s'offrent à vous...

Tout ce qu'il faut savoir sur Admission Post Bac

Tout ce qu'il faut savoir sur Admission Post Bac

Emploi : les secteurs qui recrutent

Emploi : découvrez les secteurs qui recrutent

Que faire après un bac+4/5

Que faire après un bac+4/5 ? Toutes les possibilités...

Accueil > Actualités > Comment les jeunes de la génération Y se sont adaptés à la crise de l'emploi

Comment les jeunes de la génération Y se sont adaptés à la crise de l'emploi

Près de 3/4 des jeunes de la "Génération Y"ont fait des compromis pour entrer sur le marché du travail. Mais leurs attentes restent fortes en matière de développement de compétences et d’évolution de carrière. Telles sont les principales leçons de la 3e édition de l’enquête "Millenials at work"réalisée par le cabinet d’audit et de conseil PwC.

Les jeunes de la génération Y face à la crise

Surprenante génération Y… Alors que beaucoup voient ces jeunes comme des "semi-autistes" qui ne quittent jamais leurs écouteurs, cette génération de jeunes salariés démontrent que, malgré les apparences, elle n’est pas du tout déconnectée des réalités du monde professionnel.

Les jeunes sur le marché du travail

Cette génération a commencé à entrer sur le monde du travail en même temps que débutait la crise économique… Pour trouver leur place, pas toujours très confortable au début, ces jeunes actifs ont su faire des compromis : salaires revus à la baisse, poste loin de chez eux, employeurs rugueux… tout était bon pour faire son trou. Cependant, leurs aspirations sont toujours les mêmes : une évolution rapide, une paye correcte et la meilleure formation possible pour se démarquer. La principale nouveauté étant qu’ils ont conscience de ne pas pouvoir se montrer trop exigeant en début de carrière. Les DRH doivent donc trouver de nouveaux recours pour fidéliser une génération plus volatile et accompagner les managers des entreprises.

Un compromis en matière de salaires

Plus des trois quarts des jeunes interrogés par PricewaterhouseCoopers sont en poste. Preuve de leur approche réaliste dans la recherche d’un poste : 72 % des jeunes interrogés ont déclaré faire des compromis pour entrer sur le marché de l'emploi.

Ainsi, 32 % ont accepté un salaire inférieur, 17 % se sont éloignés de leur zone géographique idéale et 15 % travaillent dans un autre secteur d’activité que celui espéré. 14 % admettent aussi avoir accepté un emploi sous-qualifié par rapport à leur formation.

Des compromis qui ont un impact direct sur la fidélité des jeunes à leur employeur actuel. Alors qu’ils étaient 75 % en 2008, 54 % des jeunes interrogés en 2011 pensent compter entre 2 et 5 employeurs dans leur vie. Et plus d’un quart envisage d’avoir plus de six employeurs, contre 10 % en 2008.

Moins d’exigences au niveau des valeurs de l’entreprise

La génération Y est également prête à faire des compromis sur les valeurs de l’entreprise. Si les marques employeurs continuent d’être un élément important pour les jeunes, leurs attentes évoluent : alors qu’ils étaient 86 % à vouloir quitter une entreprise dont les valeurs ne coïncidaient pas avec les leurs en 2008, ils ne sont plus que 56 % trois ans plus tard.

"Les résultats de cette édition 2011 soulignent la permanence des attentes de la génération Y : la promesse de la marque employeur est-elle tenue ? Ai-je les moyens d’évoluer ? De garder un équilibre vie professionnelle/personnelle ? Mais ces résultats montrent aussi que la génération Y ne cherche pas forcément à changer d’employeur, mais à évoluer rapidement en termes de fonction et de responsabilité au sein d’une même entreprise. Le management de proximité et la fonction Ressources Humaines doivent s’adapter à cette génération, et cela d’autant plus qu’elle entre chaque jour un peu plus dans l’entreprise", indique Daniel Giffard-Bouvier, associé, spécialiste en ressources humaines chez PwC.

De fortes attentes en développement de compétences et de feedback

Selon l’enquête PwC - réalisé auprès d’un échantillon de 4 364 individus -, 38 % des jeunes de la génération Y actuellement embauchés sont en recherche d'emploi active, et 43 % sont à l’écoute de nouvelles opportunités. Les entreprises ont donc besoin d’évoluer pour attirer et conserver les meilleurs d’entre eux, compte-tenu de leurs priorités et leurs insatisfactions.

Le principal facteur d’attractivité d’un employeur selon 52 % des jeunes interrogés est la possibilité de gravir les échelons rapidement, juste devant les salaires compétitifs et les bonus financiers (44 %). Vient ensuite la formation pour 35 % d’entre eux.

Enfin, 51 % des jeunes interrogés estiment qu’un feedback sur leur travail devrait leur être apporté très fréquemment ou continuellement. Ils aimeraient que leur manager soit également un coach en termes de développement personnel.

OrientationsMis en ligne le Mercredi 22 Février 2012