Orientations : études, métiers, alternance, emploi, orientations scolaire
Inscription-école

Dans quelle école s'inscrire ?
Les choix qui s'offrent à vous...

Tous les conseils pour réussir ses années de Licence

Tous les conseils pour réussir ses années de Licence

Emploi : les secteurs qui recrutent

Emploi : découvrez les secteurs qui recrutent

Que faire après un bac+4/5

Que faire après un bac+4/5 ? Toutes les possibilités...

Accueil > Actualités > E-réputation : des bonnes solutions pour éviter les mauvaises surprises

E-réputation : des bonnes solutions pour éviter les mauvaises surprises

Avec l'avènement du numérique et des réseaux sociaux, il ne faut plus seulement gérer ce qu'on génère dans la vie réelle : la Toile regorge d'informations personnelles, de publications et de photos pas toujours à l'avantage des candidats. Ainsi, selon une récente étude internationale, un jeune sur dix a déjà vu sa candidature être rejetée suite à une e-réputation mauvaise. Heureusement, des solutions existent pour contrer ces faux-pas.

Blogs, réseaux sociaux, sites personnels,… Qui n'en possède pas ? Pourtant, poster sur ces supports n'est pas sans risque, comme le révèle une étude internationale, menée par l'agence On Device Research, auprès des 16-34 ans issus de six pays. Pour contrer cela, Orientations vous livre les bons réflexes à adopter.

Un constat alarmant

Les recruteurs sont bel et bien influencés par les messages des candidats sur les réseaux sociaux. Ainsi, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, où l'impact est le plus fort, un jeune sur dix aurait déjà été évincé d'un poste pour son activité sur ces réseaux. Les personnes plus âgées, situées dans la tranche 25-34 ans, sont 6 % au Royaume-Uni et 7 % aux Etats-Unis à s'être sentis lésés à cause des réseaux sociaux.

Pourtant, malgré ces résultats alarmants, les deux tiers des 16-34 ans ne perçoivent pas ces réseaux comme un potentiel risque pour leur carrière. La preuve : ils répondent "non" à la question relative à "la possibilité que les réseaux sociaux puissent avoir un impact négatif sur votre carrière vous ferait-elle renoncer à les utiliser ?"

Et la France est également concernée par ce phénomène. Une étude Opinion Way pour Kaspersky, publiée en mars 2013, affirme que 81 % des jeunes Français se connectent régulièrement sur Facebook, à leur domicile comme sur leur lieu de travail. Ils considèrent d'ailleurs, pour 50 % d'entre eux, que les réseaux sociaux sont un outil de travail à part entière. "Difficile pour la génération Y de définir où commence la vie professionnelle et où s'arrête le cadre privé", résument ainsi les auteurs de l'étude. 

Des solutions pour s'effacer

Il est important d'effacer les traces laissées derrière son passage sur le net… du moins, celles qui sont au désavantage des candidats.

Etape n°1 : "Googlisez-vous"

Pour éviter les mauvaises surprises, il est important de vérifier constamment ce qui se dit sur nous sur internet… Google est le meilleur outil pour cela : il regroupe en effet photos, posts, articles de blogs, tous accessibles facilement par les recruteurs. Les photos Facebook ou celles postées sur les blogs sont ainsi visibles dans Google image, par exemple. La même procédure peut être entreprise sur Yahoo, Bing...

Etape n°2 : Effacez vos traces

Il est préférable de désactiver les sites internet, blogs et autres profils délaissés plutôt que de les laisser traîner comme des vieilles chaussettes dans un sac de sport. La suppression des commentaires décalés ou agressifs laissés sur tel ou tel site est également recommandé. Et ce, en vue d'être irréprochable… du moins sur le net !

Etape n°3 : Limitez vos accès sur Facebook

Même si cela est interdit, bon nombre de recruteurs tapent votre nom sur Facebook pour voir vos photos et vos publications. Pour éviter qu'ils ne tombent sur vos clichés privés pris en vacances ou durant les fêtes de fin d'année, limitez l'accès à votre profil.

Autre solution : la création de deux profils, un privé et un autre public. Il est également possible de limiter l'accessibilité à votre profil, en modifiant légèrement le nom. Par exemple, Jean Dupond devient Jean Dpd….

Des solutions pour mieux contrôler

C'est bien connu : la meilleure défense, c'est l'attaque. Cet adage s'applique aussi pour la réputation sur internet : il faut troquer son statut de spectateur pour devenir acteur sur internet, en publiant le plus possible de contenu positif.

Etape n°1 : Optez pour Twitter

Twitter est un réseau social qui impose peu d'informations personnelles à révéler. Il constitue également un bon outil pour se constituer un réseau social. Une présence régulière permet de faire vivre sa page sur ce site de micro-blogging.

Etape n°2 : Basculez pour le CV en ligne

Relativement simple à créer, bien référencé sur Google, un curriculum vitae en ligne permet d'avoir une vitrine contrôlée sur le net, reflétant la réalité. Il est également possible d'opter pour un CV en infographie, afin de démontrer notamment sa créativité. De plus, le CV en ligne permet d'insérer des liens sur lesquels le recruteur pourra aisément cliquer afin d'atterrir sur des travaux, des projets,…

Etape n°3 : Travaillez votre référencement naturel

Créer un blog ou un site internet personnel est un excellent moyen de contrôler sa e-réputation. Mais ces contenus sont indexés par les moteurs de recherche, d'où la nécessité d'améliorer son référencement naturel.

OrientationsMis en ligne le Mercredi 05 Juin 2013