Orientations : études, métiers, alternance, emploi, orientations scolaire
Inscription-école

Dans quelle école s'inscrire ?
Les choix qui s'offrent à vous...

Se réorienter en 1ère année : tous les conseils...

Tous nos conseils pour
se réorienter en cours d'année

Zoom sur les secteurs qui recrutent des alternants

Zoom sur les secteurs qui recrutent des alternants

Tous les conseils pour réussir ses études en bachelor

Tous les conseils pour réussir ses études en bachelor

Accueil > Actualités > L'ISCOM axe son développement sur le digital et l'international

L'ISCOM axe son développement sur le digital et l'international

L'ISCOM a décidé de s'adapter voire d'anticiper les évolutions des secteurs d'activité de la communication et de la publicité. L'établissement privé, qui est en passe de fêter son trentième anniversaire, a ainsi déterminé trois axes prioritaires de développement : l'international, le digital ainsi que l'alternance.

Ecole ISCOM
L'ISCOM a décidé d'accentuer ses efforts au niveau international et digital.

La communication est un secteur d'activité qui ne cesse d'évoluer. "Le métier traverse une période compliquée. Aujourd'hui, ce qui fait la différence, c'est quand une école a su se développer sur des secteurs porteurs", souligne Virginie Munch, la directrice générale de l'ISCOM, école supérieure de communication et de publicité basée sur sept sites (Paris, Lille, Lyon, Montpellier, Rouen, Strasbourg et Toulouse) et comptant 3 000 étudiants.

"L'ISCOM affiche ainsi un taux de placement à six mois supérieur à 90 %, soit un taux similaire à celui enregistré il y a quelques années, avant la crise, car nous avons su nous adapter", ajoute-t-elle. Et l'établissement privé, créé en 1986, compte bien continuer de se développer, en axant ses efforts notamment sur trois priorités : l'international, le digital et l'alternance.

De nombreux projets en France comme à l'étranger

L'ISCOM entend tout d'abord poursuivre son développement international. L'école de communication avait déjà lancé, il y a 4 ans désormais, une classe entièrement en anglais, et rendu le stage à l'international obligatoire il y a 2 ans.

"Dernièrement, nous venons de créer un programme franco-allemand sur notre campus de Strasbourg, qui se veut être une plateforme internationale. Il s'agit d'un cursus post bac, se faisant en cinq ans, et qui ne comporte pas seulement de la communication, mais également une formation commerciale, du management interculturel…", détaille Virginie Munch.

L'ISCOM envisage également de lancer, dès l'année prochaine, un programme bilingue en alternance, pour des profils souhaitant travailler à l'international, avec des modules pouvant être passés non seulement en France, mais aussi en Allemagne, aux Etats-Unis… "J'ai également en projet de faire rentrer des étudiants étrangers dans nos formations", confie la directrice générale de l'école, qui prévoit le lancement de programmes communs en partenariat avec d'autres organismes de formation.

Le digital au cœur des formations

Le deuxième grand axe de développement de l'école concerne le digital. "Le digital est l'activité qui recrute le plus actuellement dans la communication, avec notamment des chefs de projet digital et tout ce qui touche à l'e-réputation, au e-commerce, au planning stratégique…", explique Virginie Munch. "Le digital occupe ainsi une place de plus en plus importante dans les métiers de la communication. Les marques ne sont plus les seules à parler d'elles, d'où l'émergence des professions liées à la conversation, aux contenus et à la gestion de l'e-réputation.

De la même manière, internet est un formidable levier pour mesurer des données, analyser les usages et les comportements des internautes", ajoute-t-elle. L'ISCOM est ainsi en train de repenser les modules de ses différentes formations. "Mais, ce qui va faire la différence, c'est que tout le digital s'appuie sur notre socle de formation en communication, avec une capacité à amener les jeunes à apporter ces nouveaux outils", précise Virginie Munch.

Développement de programmes en alternance

L'établissement entend enfin accompagner les transformations des entreprises à travers l'innovation, l'événementiel et bien entendu le digital. Une volonté qui se traduit notamment au travers de la mise en place de programmes de niveau bac+5 en alternance. "Avec la crise, les entreprises veulent s'appuyer sur des communicants capables d'intégrer l'innovation et le numérique au cœur de leurs pratiques, et de déployer de véritables écosystèmes de marque. En faisant le choix de l'alternance, l'école entre dans le dialogue permanent avec l'entreprise, et adapte ses formations aux besoins du marché de la communication", met en avant Virginie Munch.

Les étudiants travaillent ainsi, suivant un rythme de quatre jours en entreprise et une journée à l'école, sur le management de la marque et participent à la production d'idées nouvelles sur l'innovation sociale, la création numérique, le neuromarketing, le transmedia, la consommation responsable, l'événementiel en contrepoint de la digitalisation de la marque...

Julien Pompey, OrientationsMis en ligne le Mercredi 30 Octobre 2013