Orientations : études, métiers, alternance, emploi, orientations scolaire
Inscription-école

Dans quelle école s'inscrire ?
Les choix qui s'offrent à vous...

Tout ce qu'il faut savoir sur Admission Post Bac

Tout ce qu'il faut savoir sur Admission Post Bac

Emploi : les secteurs qui recrutent

Emploi : découvrez les secteurs qui recrutent

Que faire après un bac+4/5

Que faire après un bac+4/5 ? Toutes les possibilités...

Accueil > Actualités > La génération Y n'est pas si individualiste qu'il n'y paraît

La génération Y n'est pas si individualiste qu'il n'y paraît

Une enquête réalisée par HappyTrainees révèle les aspirations des stagiaires et apprentis. Loin de l'image égoïste qu'on lui confère bien souvent, la génération Y est au contraire ouverte au monde du travail, son unique motivation étant l'intégration au sein de l'entreprise.

Les stagiaires et apprentis ne sont pas des personnes intéressées. Et le mot est faible ! Seulement 30 % d'entre eux environ recherchent en effet, lors de leur stage, à bénéficier d'indemnités élevées. Un critère qui arrive en queue de peloton, bien loin derrière des motivations comme "être stimulé intellectuellement", ou "se sentir utile rapidement".

L'enquête, réalisée par HappyTrainees auprès de 3 129 étudiants, analyse les aspirations des jeunes en stage ou en apprentissage. En tout, ce sont 24 questions, réparties en six thématiques, qui permettent d'en savoir un peu plus sur leurs aspirations en termes de progression professionnelle, d'environnement, ou encore de fierté.

Des ambitions partagées

L'étude révèle ainsi que, généralement, ce sont les mêmes aspirations qui reviennent en tête de liste : rejoindre une équipe stimulante (pour 79,3 % des jeunes), être stimulé intellectuellement (79,2 %), et s'intégrer progressivement au monde professionnel (74,2 %). Des résultats très proches qui montrent bien que c'est toute une génération qui est prête à s'investir pleinement dans le monde du travail.

Le "fun" entre, en outre, très peu en ligne de compte. De plus, il est rare que les jeunes aient répondu qu'ils souhaitaient réaliser leur stage dans l'entreprise où ils envisageaient, par la suite, d'être embauchés. Mais pour tous, la motivation est un facteur important pour la réussite de leur stage : c'est le cas de 64,3 % des étudiants en école de commerce, et 71,6% des futurs ingénieurs.

Des différences suivant le cursus

Bien que les étudiants partagent les mêmes aspirations, il arrive qu'ils ne soient pas totalement d'accord sur certains points. Des profils se dégagent ainsi suivant le fait que les interrogés soient issus d'écoles de commerce ou d'ingénieurs.

Les 1 319 étudiants en management révèlent en effet un besoin d'intégration rapide alors que, pour les 1 336 élèves ingénieurs, c'est la reconnaissance et le "fun" qui priment. 83,9 % des étudiants en commerce souhaitent un stage où ils seraient stimulés intellectuellement. Suivent ensuite "rejoindre une équipe stimulante" (80,9 %) et "s'engager à 100 % dans un projet" (73,7 %). Le "fun", c'est-à-dire le plaisir qu'ils peuvent avoir en réalisant une tâche - et non une fois qu'elle est terminée - arrive pour sa part loin derrière, puisqu'il ne concerne "que" 54 % des interrogés.

Au contraire, ce dernier aspect est plus important pour les futurs ingénieurs. 60 % d'entre eux considèrent qu'il est important de prendre du plaisir dans son stage. La fierté est également un élément essentiel pour 71,9 % des élèves ingénieurs. Enfin, "sentir que son travail est reconnu" est cité par 71,8 % des interrogés. Les élèves en école d'ingénieurs sont donc à la recherche d'un stage qui donne un sens à leur vie, et qui est censé leur permettre de prouver leur utilité.

Les filles ingénieures, différentes des garçons

Point étonnant révélé par cette étude : les filles en écoles d'ingénieurs n'ont pas les mêmes aspirations que leurs collègues masculins. Les différences ne sont pas abyssales, mais elles existent bel et bien, comme au niveau de l'intégration des valeurs.

Les filles sont plus nombreuses à trouver qu'il est important d'adhérer aux valeurs de l'entreprise (54,5 % contre 45,7 %). Vient ensuite l'embauche au sein de l'entreprise après le stage : 59,8 % ne seraient pas contre l'idée d'être salariée dans la compagnie où elles se sont formées, contre 53,6 % des garçons. Elles sont aussi plus nombreuses à chercher un équilibre entre vie privée et vie professionnelle (57,7 % contre 51 %), et sont moins intéressées par les indemnités que les hommes (36,4 % contre 38,4 %).

Mais, bien que certains "désaccords" persistent suivant le sexe ou la formation, tous les jeunes sont avant tout à la recherche de nouveaux challenges, au sein d'une équipe unie qui leur donne leurs chances de montrer de quoi ils sont capables. Avec pour objectif pour tous de s'intégrer progressivement au monde du travail.

Anaïs Grockowiak, OrientationsMis en ligne le Jeudi 11 Avril 2013