Orientations : études, métiers, alternance, emploi, orientations scolaire
Inscription-école

Dans quelle école s'inscrire ?
Les choix qui s'offrent à vous...

Tous les conseils pour réussir ses années de Licence

Tous les conseils pour réussir ses années de Licence

Emploi : les secteurs qui recrutent

Emploi : découvrez les secteurs qui recrutent

Que faire après un bac+4/5

Que faire après un bac+4/5 ? Toutes les possibilités...

Accueil > Actualités > Le projet qui entend accroître l'attractivité des filières techniques

Le projet qui entend accroître l'attractivité des filières techniques

Le centre de réalité virtuelle de Laval CLARTE a été retenu par le ministère de l’Education Nationale pour conduire un projet de "Services numériques innovants pour l’e-Education". Le projet proposé, baptisé "VirtualiTeach", vise à proposer, dès la rentrée 2014, une pédagogie différente dans les lycées d’enseignement technique, avec des méthodes et des outils d’un nouveau genre. Le directeur de CLARTE, Jean-Louis Dautin, estime qu’"accroître l’attractivité des filières techniques auxquelles le projet est destiné est l’un des objectifs du ministère". Il s’est soumis aux questions d’Orientations.

Jean-Louis Dautin, directeur de CLARTE
Jean-Louis Dautin, directeur de Laval CLARTE.

Retenu parmi les 17 projets de démonstrateurs de services numériques dans le domaine de l’e-Education, VirtualiTeach fera son entrée dans les lycées d’enseignement technologique et professionnel dès la rentrée 2014. Ce projet présente un ensemble de méthodes et d’outils pédagogiques basés sur les technologies de réalité virtuelle, réalité mixte et réalité augmentée.

Permettant de manipuler des systèmes techniques non transportables au sein des classes, ce nouveau projet est destiné aux classes de Première et Terminale STI2D, bac pro ainsi que certains BTS industriels. Programme de recherche financé notamment par les investissements d’avenir de l’Etat, VirtualiTeach est piloté par l’équipe de CLARTE, qui travaille depuis le début de l’année avec des professeurs afin de concevoir toutes les fiches pédagogiques nécessaires à la réalisation du projet.

Quelles sont les principales activités du centre de recherche CLARTE ?

"CLARTE travaille sur les technologies image (réalité virtuelle, réalité augmentée, réalité mixte), c’est-à-dire sur tout ce qui touche à la mise en situation par l'image. Par exemple, pour concevoir et aménager un local au sein d’un bateau, CLARTE va permettre de travailler en amont, via des simulations interactives.

Grâce aux applications mises au point par ce centre technique, on peut anticiper des problèmes d’ergonomie ou de mobilité, car tout est facilement modifiable sur du virtuel. La recherche est appliquée pour permettre de répondre aux besoins liés au monde de l’entreprise concernée."

Pouvez-vous détailler le projet VirtualiTeach ?

"Ce projet vise à enseigner par l'expérimentation. Il inverse en quelque sorte le mode d’enseignement classique, qui propose du théorique aux élèves, avant de les tester de façon pratique. A l’inverse, VirtualiTeach va notamment permettre d’interroger directement les principes d’acoustique en les expérimentant directement, par immersion dans un environnement virtuel.

Les élèves vont donc voir leur curiosité mise à l’épreuve. Le but étant que l’enseignement théorique ne s’appuie pas que sur les questions des élèves, mais aussi sur ce qu’ils n’auraient pas compris de l’expérimentation. On part ainsi, cette fois-ci, de l’expérimentation pour remonter vers le théorique. Le but est également que les élèves puissent travailler ensemble, à l’image du monde de l’entreprise.

Au niveau technologique, VirtualiTeach sera constitué de différents dispositifs permettant de faire tourner un ensemble d’applications dédiées à l’enseignement de chaque cours. On décline ainsi l’enseignement du programme sur les mêmes équipements de réalité virtuelle."

D’un point de vue pédagogique, en quoi ces différents outils pourraient contribuer à une meilleure formation, et ainsi accroître l’attractivité des filières techniques ?

"Sur ce point, je vois trois raisons principales : premièrement, parce qu’il permet d’éveiller la curiosité et la motivation des élèves. Ensuite, grâce à la réalité virtuelle, il va être possible de créer des situations impossibles à mettre en œuvre en réel, car trop dangereuses ou trop chères : surcharge d'un moteur électrique, construction d'un ouvrage d'art…

Enfin, par l’intermédiaire de ces technologies, les élèves pourront bénéficier d'une progression individualisée dans leur enseignement, grâce à la possibilité de revenir autant que souhaité sur l'environnement virtuel associé à un objectif pédagogique. Nous travaillons, par exemple, sur la compréhension des concepts de pression et de flux par la mise en œuvre de ces concepts en virtuel, ce qui sera impossible dans un environnement réel…

En choisissant d’intégrer VirtualiTeach, accroître l’attractivité des filières techniques est certainement l’un des principaux objectifs du ministère de l’Education Nationale. Cet objectif, je pense, est d’ailleurs pertinent puisque cela va forcément intéresser les jeunes qui ont maintenant constamment un smartphone ou une tablette en leur possession."

Propos recueillis par Yaël Selbonne, OrientationsMis en ligne le Lundi 22 Juillet 2013